Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ecologiqueeteconomique.over-blog.com

ecologiqueeteconomique.over-blog.com

Ce Blog se consacre au développement durable en Afrique. Il diffuse des actualités, des analyses et des interviews pour décrire les réalités du développement durable en Afrique.

Innov Ecolo Formation 4: Comment construire un projet pour l'accès à l'énergie? (1)

Innov Ecolo Formation 4: Comment construire un projet pour l'accès à l'énergie? (1)

Pour cette quatrième séance de formation pour le concours Innov Ecolo, nous entrons dans le vif du sujet. Et pour commencer, nous abordons la question de l'accès à l'énergie en Afrique. Cela d'abord parce que l'accès à l'énergie est l'un des 17 objectifs du développement durable, ensuite parce que c'est l'un des thèmes pour le concours Innov Ecolo et enfin parce que la question de l'accès à l'énergie en Afrique a été particulièrement médiatisée cette année.

Quel est l'état des lieux?

Pour l'Afrique, qui est le continent qui nous intéresse, la question de l'accès à l'énergie est primordiale. Le continent souffre en effet d'un manque cruel d'énergie avec près de 67% de sa population qui n'y a pas accès. Ces chiffres sont à prendre de façon globale car ils cachent une grande diversité entre les pays. Selon les chiffres de la banque mondiale ,en 2012, les meilleurs élèves sont le Maroc,la Lybie ou encore la Tunisie avec 100% et le Gabon avec 97%, les élèves intermédiaires sont le Sénégal avec 56.5%, la Côte d'Ivoire avec 55.8%, le Nigéria avec 55.6% ou encore le Cameroun avec 53.7%. Du côté des très mauvais élèves, on retrouve la Burkina Faso avec seulement 13.1%, la Sierra Leone avec 14.2%, le Burundi avec 6.5% ou encore le Tchad avec 6.4%. Dans la plupart des pays qui n'ont pas, ou très peu accès à l'électricité, ce sont les populations rurales qui souffrent le plus: jusqu'à 80% des populations rurales en Afrique n'ont pas accès à l'électricité. Et bien sûr, ce sont les populations qui paient extrêmement cher pour ce manque d'accès à l'énergie. Selon le rapport de l'Africa Progress Panel 2015 relatif à l'énergie, près de 600 000 personnes dont 50% d'enfants meurent chaque année en Afrique à cause du manque d'énergie. Ces morts sont causées par la fumée des différents combustibles utilisés par ces personnes pour s'éclairer, se chauffer ou encore cuire leurs aliments.

Comment expliquer cette situation?

Les causes de cette situation ne sont pas à chercher bien loin. Il s'agit d'abord de l'inadéquation entre l'offre, qui est restée quasiment la même depuis les années 60, et la demande qui a quasiment quadruplé avec l'explosion démographique qu'a connue le continent en 50 ans. Et ensuite du manque, pour ne pas parler de l'absence dans certains cas , d'investissements dans la plupart des pays. Faute de moyens suffisants, les pays africains n'arrivent pas à offrir l'énergie suffisante à leurs populations. Et c'est pourquoi de nouvelles voix se sont élevées pour attirer l'attention sur les alternatives.

Quelles sont les alternatives?

Avant d'aborder les initiatives, il faut souligner qu'actuellement, la consommation des populations africaines en termes d'énergies s'articule autour des énergies hydraulique, fossiles et de biomasse. Pour produire de l'électricité à grande échelle, de nombreux États africains importent de grandes quantités de combustibles fossiles et cela a un poids considérable au niveau de leurs budgets. Ainsi en 2010, selon les chiffres de l'IRENA, les pays africains ont importé du pétrole à hauteur de 18 milliards de dollars, une somme qui dépasse celle reçue en aides étrangères.Par ailleurs, les subventions pour le pétrole en Afrique ont un coût annuel estimé à 50 milliards de dollars.

C'est donc face au manque d'efficacité de ces solutions et surtout à leurs coûts que les réflexions ont commencé à s'orienter vers les énergies renouvelables. Les énergies renouvelables -qui sont la bioénergie, la géothermie, l'hydraulique, l'énergie marine, le solaire et l'éolien- ont l'avantage d'être disponibles en grandes quantités en Afrique, d'être renouvelables et par conséquent inépuisables et surtout d'être relativement économiques. Ainsi selon les cinq études de l'IRENA consacrées au coût des différentes énergies renouvelables pour la production d'électricité et publié en 2012, le coût moyen actualisé de l'électricité (LCOE) est en baisse pour les énergies éoliennes, photovoltaïques et thermiques à concentration, ainsi que pour certaines technologies à base de biomasse. Quant à l'hydraulique, elle reste l'option la moins chère pour générer de l'électricité, bien entendu sur des sites favorables. Déjà près de 7 pays africains (Ghana, Zambie, Gambie, Mozambique, Niger, Sénégal, Swaziland) ont été étudiés dans le cadre de l'évaluation des états de préparation pour le déploiement des énergies renouvelables (RRA).

Pour une documentation plus approfondie sur les énergies renouvelables, je vous invite à consulter le blog http://greengrowing.over-blog.com/

Il s'agit d'un blog passionnant sur les énergies nouvelles qui vous permettra de mieux comprendre le fonctionnement de ces énergies et surtout de connaître les dernières découvertes dans ce domaine. Si vous souhaitez présenter un projet centré sur les énergies renouvelables au concours Innov Ecolo, ce blog vous donner des idées originales.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article