Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ecologiqueeteconomique.over-blog.com

ecologiqueeteconomique.over-blog.com

Ce Blog se consacre au développement durable en Afrique. Il diffuse des actualités, des analyses et des interviews pour décrire les réalités du développement durable en Afrique.

Energie Afrique:Les énergies renouvelables sont t'elles la voie à suivre?

Energie Afrique:Les énergies renouvelables sont t'elles la voie à suivre?

La question du déficit énergétique en Afrique n'est plus une nouveauté mais les solutions à ce problème restent encore à trouver. Car derrière l'immense potentiel de l'Afrique en matière d'énergies renouvelables, qui est sans cesse mis en avant par tous les médias et les institutions internationales, se cache un mélange législation défaillante, de manque d'infrastructures et de faible pouvoir d'achat qui freine l'investissement privé. Et les résultats sont là: dans de nombreux pays, le coût excessif de l'électricité étrangle les ménages et l'activité économique et est même à la base de troubles sociaux comme on peut le voir en Côte d'Ivoire depuis quelques jours. Il est donc légitime de s'interroger sur l'impact que peuvent avoir les énergies renouvelables dans la route de l'Afrique vers l'électrification et surtout de dégager les conditions qui pourront permettre le succès à travers des exemples de pays qui ont tenté l'aventure.

Pourquoi les énergies renouvelables à la place des énergies fossiles?

Ces dernières années, la question du choix des énergies renouvelables se pose avec insistance pour plusieurs raisons. Et la première d'entre elles est l'inefficacité de la production avec les énergies fossiles. Dans plusieurs pays africains en effet, la production à partir des énergies fossiles, importées pour la plupart, s'est révélée assez coûteuse surtout dans les cas de montée des cours du pétrole ( Selon l'Agence Internationale pour les Energies Renouvelables, les pays africains ont importé en 2010 près de 18 milliards de dollars de pétrole, soit plus que l'aide étrangère ). Et c'est sans compter les problèmes de gestions dans les compagnies publiques de distribution et le manque d'infrastructures adaptées. Résultats: les citoyens résidant dans les zones rurales et éloignées n'ont pas accès à l'énergie tandis que ceux des zones urbaines paient des sommes élevées (en moyenne trois fois plus qu'en Europe) pour recevoir du courant par intermittence.

Outre la question de l'inefficacité des systèmes actuels, le choix des énergies renouvelables est aussi pour l'Afrique une question d'opportunité. La majorité des pays du continent bénéficie en effet de ressources non négligeables en termes d'énergie solaire, d'énergie éolienne ou encore d'énergie hydraulique. Et avec les coûts qui se réduisent d'années en années, les dernières études de l'IRENA ont en effet démontré que le coût moyen actualisé de l'électricité (LCOE) est en baisse pour les énergies éoliennes, solaires photovoltaïques ou encore thermiques à concentration, la solution renouvelable s'impose progressivement comme une solution plus compétitive que la solution basée sur les énergies fossiles.

La question de la santé est également à mettre en exergue car de nombreux foyers dépendent du charbon et du bois pour leurs activités domestiques quotidiennes. Et la pollution occasionnée par ces types de combustibles cause la mort de 600 000 personnes par an. Ce phénomène touche particulièrement les zones rurales où l'accès au réseau national et aux sources d'énergie est difficile. Et dans ce cadre, la fourniture de solutions d'énergies renouvelables adaptées pourrait réduire ce fléau de santé publique.

Enfin, et cela est non négligeable, les investissements dans les énergies renouvelables pourraient développer une expertise purement africaine . Et selon la directrice exécutuve de l'Africa Progress Panel, mdme Caroline Kende-Robb, l'Afrique deviendra bientôt une superpuissance dans le domaine des énergies renouvelables.

A la lecture de tous ces avantages, il est évident que le continent a beaucoup à gagner en s'investissant dans les énergies renouvelables. Mais leur coût d'installation reste encore trop élevé et la faiblesse du pouvoir d'achat des populations rend le retour sur investissements incertain. C'est notamment pour cette raison que de nombreux pays hésitent à franchir le pas. Dans notre deuxième partie, nous avons décidé d'analyser les cas des pays qui se sont lancés,

Qui mise sur les énergies renouvelables en Afrique aujourd'hui?

Depuis quelques années, certains pays du continent ont fait le choix de développer une politique énergétique qui prend en compte les énergies renouvelables. Qui sont ils?

Le Cap vert, cet exemple à suivre

S'il y a bien un pays qui montre l'exemple en termes d'énergies renouvelables en Afrique, c'est bien le Cap vert. Ce pays pauvre en ressources énergétique a très tôt compris l'importance de l'énergie renouvelable dans sa politique et aspire à produire la totalité de son énergie grâce à des sources renouvelables d'ici 2020. Déjà, de grands pas ont été franchis dans cette politique: il s'agit notamment de la ferme de Praia qui a un potentiel de 4,5 megawatts et de l'entreprise Cabeolica qui gère 30 éoliennes réparties sur 4 îles pour une puissance potentielle de 25 mégawatts. Le pays a également franchi un pas en matière d'éducation en mettant en place son Centre des énergies renouvelables et d'entretien industriel (Cermi)

Le Maroc et l'ambition solaire

Tout comme le Cap vert, le Maroc a décidé de compenser son manque d'hydrocarbures par les énergies renouvelables. Et depuis 2012, le royaume s'est lancé dans un ambitieux plan de développement des énergies renouvelables qui a déjà permis la construction du parc éolien de Tarfaya, qui est à l'heure actuelle le plus grand parc éolien africain, et de la centrale thermo-solaire Noor I qui est la première phase du parc de Ouarzazate. Un parc qui sera le plus grand du monde lorsque ses deux dernières phases Noor II et Noor III auront été achevées.

A terme, l'ensemble de ces grands projets devrait permettre au Maroc d'atteindre une production de 2000 mégawatts dès 2020.

Les nouveaux grands projets

A côté de ces pays qui développent une politique énergétique forte , de nouveaux pays se sont lancés dans l'aventure en investissant dans des installations de grande envergure destinées à alimenter de larges parties de leurs territoires. Il s'agit notamment de l'Ethiopie avec son projet hydroélectrique Gibe III, du Kenya avec son projet géothermal Okaria et son projet éolien du lac Turkana, du Rwanda et de sa ferme solaire et enfin de l'Afrique du sud avec son barrage hydroélectrique Ingula.

Parmi tous ses pays, seul le Cap vert a réellement fait des avancées: le pays peut en effet s'enorgueillir de disposer de plusieurs bâtiments officiels alimentés à l'énergie solaire et même d'un centre de formation dans ce domaine. Et même si quelques problèmes existent, il est dans l'ensemble sur la bonne voie. Le Maroc quant à lui offre de nombreuses promesses qu'il devra réaliser dans les années à venir. Et ce sont les mêmes constats que nous pouvons faire pour les autres pays qui viennent de commencer l'aventure.... Il faudra encore quelque temps pour savoir si les énergies renouvelables sont la voie appropriée pour permettre à l'Afrique d'atteindre l'autosuffisance énergétique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Samba ndiaye 03/08/2016 00:39

C'est un manque de courage politique réel de nos dirigeants africains .Avec le soleil que nous avons,l'approvisonnement en énergie ne devrait pas poser problème. Mais ,HELAS!