Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ecologiqueeteconomique.over-blog.com

ecologiqueeteconomique.over-blog.com

Ce Blog se consacre au développement durable en Afrique. Il diffuse des actualités, des analyses et des interviews pour décrire les réalités du développement durable en Afrique.

Comment le Maroc développe t'il son tourisme vert?

Comment le Maroc développe t'il son tourisme vert?

La diffusion, il y a maintenant une semaine sur la chaîne de télévision française TF1, d'un documentaire sur le tourisme durable au Maroc a mis en lumière les succès de ce type de tourisme au Maroc et surtout des potentialités qu'il avait à offrir. Et si le Maroc fait aujourd'hui figure de pionnier africain dans le domaine, le hasard et les atouts (culturels et géographiques) ne sont pas les seules explications. Ce succès est plutôt le résultat d'une stratégie mise en place par les autorités et dont nous avons décidé de parler d'abord pour saluer les efforts du royaume mais également pour montrer la voie aux autres pays africains.

La vision avant l'action

Conscient de l'importance du secteur touristique dans son économie, rappelons que le secteur contribue à hauteur de 8,5% du PIB et qu'il emploie près de 850 000 personnes, mais également des défis qu'il représente en termes d'impact socio-environnemental et de concurrence internationale, le Maroc a choisi depuis quelques années de s'orienter vers le tourisme durable. Et comme on peut s'en douter, le choix de ce tourisme qui permet de prendre en compte à la fois les aspects économiques, environnementaux et socio-culturels n'est pas le fruit du hasard mais correspond plutôt à une stratégie.

Une stratégie qui répond au respect des engagements pris par le royaume à l'extérieur , le ministère du tourisme a été élu en tant que co-lead dans le cadre du programme Tourisme durable du 10YFP aux côtés du ministère des sports de la Corée du Sud et du ministère de l'environnement et du développement durable de la France, mais également à une vision nationale qui ambitionne de faire du royaume la destination de référence en matière de développement durable et l'une des 20 premières destinations touristiques mondiales. Mais qui a pu également être déclinée en un plan précis ( la vision 2020) dont nous souhaitons souligner les points essentiels à savoir:

-le choix de la région Atlas et Vallées (avec Ouarzazate comme porte étendard) comme destination phare du tourisme durable et du développement durable méditerranéen.

-la mise en place d'une Haute Autorité du Tourisme (HAT) pour suivre la stratégie globale et la mise en place d'Agences du Développement Touristique (ADT) pour mettre en oeuvre la stratégie sur le terrain

-l'incorporation de normes liées à la durabilité dans les normes et les référentiels touristiques, en particulier le système de classement hôtelier et de renforcer les exigences en matière de durabilité au niveau du cahier des charges des investissements conventionnés avec l'Etat avec un accent particulier sur les questions sensibles telles que l'emploi des populations locales, l'utilisation des matériaux locaux ou encore la contribution au développement économique et social de l'arrière pays

-la mise en place de mécanismes de renforcement des acteurs et la mise en place d'incitatifs financiers pour ceux qui souhaitent investir dans la durabilité

Il s'agit là d'une petite partie des mesures prévues dans le cadre de la vision 2020 pour permettre au Maroc de devenir une destination phare dans le domaine du développement durable. Et déjà grâce à l'action et à la mobilisation des acteurs de terrain, certains résultats sont visibles

La mobilisation des acteurs sur le terrain

Sans attendre la définition d'une stratégie ou alors galvanisés par cette dernière, un nombre croissant d'acteurs privés, publics ou associatifs s'engagent dans le tourisme durable.

La fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement n'a ainsi pas attendu la définition de la vision 2020 pour lancer le label Clé verte au Maroc. Ce label, qui a été lancé en 2002 par la Fondation pour l'Education à l'Environnement (FEE), est attribué depuis 2007 aux établissements touristiques marocains qui respectent des critères environnementaux et sociaux bien précis ( notamment l'éducation à l'environnement, la gestion environnementale, la gestion de l'eau, la gestion des espaces verts et la responsabilité sociale) . Il a déjà été décerné à 125 établissements touristiques répartis dans 25 villes du royaume.

La fondation s'est également illustrée en créant dès 1999 les trophées Lalla Hasnaa "plages propres", devenus depuis 2012 Trophées Lalla Hasnaa "Littoral durable", pour récompenser tous les acteurs (associations, institutions économiques, journalistes, experts chercheurs .....) qui œuvrent pour la protection des plages et leur mise en valeur ainsi que pour l'éducation à l'environnement.

D'autres acteurs œuvrent également pour la protection et le nettoyage des plages. Il s'agit notamment de l'association Surfriders Maroc qui organise chaque année un nettoyage des plages d'Agadir, l'association Bahri qui organise depuis dix années maintenant l'opération "Bahri Dima Clean" pour le nettoyage des plages d'El Jadida, Mohammedia, Rabat, Safi et Casablanca ou encore l'Atelier des Jeunes Citoyens et Citoyennes de la Méditerranée (AJCM) qui a organisé une grande collecte sur les plages de Kénitra et de Tétouan en juin dernier. Et nous ne pouvons clore ce paragraphe sans évoquer l'Association Marocaine pour l'Ecotourisme et la Protection de la Nature (AMEPN) qui oeuvre depuis 1997 pour la protection et la valorisation du patrimoine éco-touristique marocain et pour l'éducation des plus jeunes à l'éco-tourisme.

De leur côté, les professionnels ne sont pas en reste et commencent progressivement à créer des établissements écologiques: il s'agit notamment de l'écolodge Atlas Kasbah à Agadir ou encore de l'écolodge Ouednoujoum. Ils sont également de plus en plus nombreux à se regrouper pour mieux se faire entendre et l'exemple le plus probant à ce sujet reste le réseau marocain d'écotourisme solidaire qui regroupe actuellement une part non négligeable des gîtes spécialisés du royaume et qui s'active pour la protection de la nature et l'éducation des plus jeunes.

Et c'est grâce à l'action de l'ensemble de ces acteurs que le Maroc a atteint des résultats tout à fait encourageants.

Des résultats et des leçons

Même si tout n'est pas parfait, le Maroc a atteint des résultats qui méritent d'être mis en valeur. Et sa stratégie peut inspirer les pays du continent qui cherchent eux aussi à se positionner dans le domaine du tourisme durable. Et s'il en fallait en retenir quelques points, ce serait sûrement les suivant:

-la mise en place d'un cadre législatif et réglementaire adapté à l'évolution du tourisme durable

-la mise en place d'incitations pour les acteurs privés ( accompagnement, financement...)

-le soutien actif aux actions associatives

-le suivi , l'évaluation et le contrôle des actions de terrain

Il s'agit là de quelques solutions qui peuvent être approfondies et surtout accompagnées d'autres idées pour permettre un essor réel du tourisme durable en Afrique. N'hésitez pas à partager dans les commentaires vos avis et vos expériences sur le sujet.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article