Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ecologiqueeteconomique.over-blog.com

ecologiqueeteconomique.over-blog.com

Ce Blog se consacre au développement durable en Afrique. Il diffuse des actualités, des analyses et des interviews pour décrire les réalités du développement durable en Afrique.

Développement durable: créer des emplois et assurer la sécurité alimentaire grâce à l'agriculture durable

Développement durable: créer des emplois et assurer la sécurité alimentaire grâce à l'agriculture durable

Comme chaque semaine, nous allons à la rencontre de ces hommes et de ces femmes qui oeuvrent pour le développement durable de l'Afrique. Et cette semaine, nous posons nos valises chez mr Guy-Boris Donald Niamien. Le jeune homme a remporté en avril dernier le prix Agriculture de la 4ème édition du concours CGECI-Academy, grâce à son projet "Prospérité Divine". il s'agit d'un projet de production de tomates via la culture hydroponique.

Les impacts de ce projet sont plus qu'évidents d'abord au niveau de l'autosuffisance alimentaire où il apporte un début de solution à la peinurie de légumes de qualité sur les marchés ivoiriens et ceux de la sous-région ouest-africaine. Mais aussi au niveau de l'emploi car les besoins de main d'oeuvre sont plus qu'importants.

Ecologique et Economique: Bonjour Monsieur, pouvez vous vous présenter svp?

Guy-Boris Donald Niamien: Je suis mr. Niamien Guy-Boris Donald. j'ai obtenu un DUT en technique comptable à l'INPHB yakro et un Master en management des organisation des entreprises a l'UFR de sciences économiques d' Abidjan. Après des années d'expérience et de stages dans des cabinets et dans des entreprises, notamment au Golf Hôtel en Côte d'Ivoire et au Bénin, j'ai décidé de créer mon entreprise en novembre 2014.

Ecologique et Economique: Pouvez vous nous décrire votre projet et les techniques que vous utilisez?

Guy-Boris Donald Niamien: Notre projet se concentre sur la production de tomates grâce à la culture hydroponique. Concrètement, nous utilisons une technique assez moderne de production qui nous permet de maîtriser l'utilisation d'eau, l'apport de solutions nutritives et le substrat qui représente le milieu dans lequel évolue la plante. Cette technique nous permet de produire sur tous les types de sols et dans n'importe quel type de climat. Ainsi, avec une bonne planification stratégique, nous pourrons alimenter le marché national sans interruption.

Ecologique et Economique: Quels seront les apports de votre projet au niveau du marché national?

Guy-Boris Donald Niamien: Notre projet permettra de résoudre le problème de peinurie sur le marché ivoirien. Par ailleurs, nos techniques de production nous permettent de garantir la qualité des produits et de résoudre la question de la sécurité alimentaire, qui reste également une question déterminante dans notre pays.

Ecologique et Economique: Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à créer ce projet?

Guy-Boris Donald Niamien: Je dois avouer que la fibre entrepreuneuriale brûlait en moi depuis l'université et que mon désir profond était de devenir entrepreuneur. Le projet en lui même est parti d'un constat.

Lors d'un voyage au Bénin, j'ai constaté que la quasi-totalité des produits consommés dans ce pays venaient du Niger. Cela m'a surpris et m'a poussé à approfondir mes recherches: j'ai alors découvert que la Côte d'Ivoire elle même ne produisait que 60% de sa consommation nationale. Je me suis donc posé cette question: Que ferons nous si les pays qui nous approvisionnent ont un problème?

A partir de ce moment, j'ai décidé de construire mon projet dans ce domaine et j'ai décidé d'utiliser la technique du hors sol, également appelée culture hydroponique, qui a déjà fait ses preuves en Europe.

Ecologique et Economique: Aujourd'hui, votre projet est à une phase pilote. Quels sont les premiers constats que vous faîtes?

Guy-Boris Donald Niamien: Les constats sont multiples et le premier est au niveau de l'accueil réservé au projet. Dans l'étude de marché, nous avions essentiellement focalisé notre production sur les classes moyennes à travers les supermarchés, hypermarchés ... Mais sur le terrain, nous avons constaté que les grossistes et les petits revendeurs sont d'excellents clients pour notre projet. La preuve en est que tous nos produits sont actuellement absorbés par les femmes du quartier Riviéra-Faya qui achètent entre 20 et 30kg de tomates par jour. Par ailleurs, les clients sont chaque jour de plus en plus nombreux et c'est pour cette raison que nous sommes à la recherche d'un financement pour augmenter nos capacités de production.

Je dois également ajouter que cette première phase pilote du projet nous a permis d'accumuler de l'expérience et c'est sur cette expérience que nous nous baserons pour améliorer notre projet dans l'avenir.

Ecologique et Economique: Au sujet de l'avenir justement, quelles sont vos ambitions?

Guy-Boris Donald Niamien: Nous envisageons d'accroître notre projet d'ici le mois de novembre prochain. A terme, notre objectif est d'ensemencer 1 hectare de terres avec des cultures de rotation ,cultivées en hors sol sous des serres, qui produiront entre 15 et 20tonnes/mois grâce à des semences améliorées.

Ecologique et Economique: Quelle sera la contribution de votre projet à la problématique de l'emploi et au bien-être des populations environantes?

Guy-Boris Donald Niamien: Sur le plan des emplois, les retombées seront très importantes. Déjà, notre projet emploie 4 personnes de façon directe. Et à terme, nous comptons créer environ 100 emplois directs et 200 emplois indirects. Car selon nos calculs, nous auront besoin d'environ 50 techniciens et manoeuvres permanents, de commerciaux, de livreurs sans compter le personnel administratif pour entretenir le projet définitif.

Ecologique et Economique: Sachant que la formation agricole est insuffisante dans notre pays, sur quels critères vous baserez vous pour recruter ces jeunes? Comptez vous les former à votre niveau?

Guy-Boris Donald Niamien: Oui en effet, nous comptons former ces jeunes car la culture hydroponique est différente de la culture en plein champ. Déjà, nous dispensons des formations à tous ceux qui le souhaitent (des personnes lettrées ou illétrées) et nous leurs apprenons les techniques nécessaires pour pratiquer la culture hydroponique chez eux ou dans de petites exploitations. Par ailleurs, que nous envisageons d'intégrer les étudiants de l'école E2IE (ndlr: une école d'entreprneuriat située à la Riviera Palmeraie) dans notre projet par le biais de stages de fin d'études.

En ce qui concerne les populations environnantes, notre projet aura un impact plus que positif. Déjà, nous faisons régulièrement des cadeaux et nous participons aux activités du village où est situé notre entreprise.

Ecologique et Economique: Quels sont les soutiens dont vous avez bénéficiés dans votre projet?

Guy-Boris Donald Niamien:Tout d'abord, nous avons été lauréats du prix "ALASSANE Ouattara du jeune entrepreneur émergent du district", avec à la clé un chèque qui nous à permis de lancer véritablement notre projet. Ensuite, par la grâce de DIEU, nous avons encore été lauréats de la busness plan compétition du CGECI 2015. Ce dernier prix nous a permis de bénéficier d'une assistance technique, qui est actuellement en phase d'exécution, et il nous permettra d'agrandir notre champ. Notre objectif final est de mettre en place la culture de rotation afin de garantir une production fruitière mensuelle.

Ecologique et Economique: Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés dans votre aventure?

Guy-Boris Donald Niamien: Je dirais que le premier obstacle a été notre statut de novice, je rappelle que c'est notre premier projet. Au début, nous avons commis de nombreuses erreurs en termes de planification, de choix stratégiques , de choix des hommes ou encore de gestion des finances.

Par ailleurs, le fait que notre site soit éloigné de la ville a engendré des imprévus. Je peux par exemple citer les coûts de recherche du matériel, qui n'est pas disponible sur place, et ceux du transport. Il s'agit de coûts conséquents que nous n'avions pas prévus dans notre budget de départ et qui nous ont handicapés dans les débuts. Mais désormais, nous maîtrisons mieux le terrain et nous avons appris à prendre en charge tous les coûts de manière optimale.

Ecologique et Economique: Nous savons que le financement et la question du foncier sont deux obstacles majeurs en termes d'agriculture. Comment les gérez vous?

Guy-Boris Donald Niamien: Effectivement, tous les investisseurs dans ce domaine font face au problème récurrent de foncier.A notre niveau, la question du foncier peut menacer l'avenir de notre projet. Et c'est pourquoi nous comptons acquérir une parcelle afin de développer notre projet sur le long terme et de le pérenniser.Nous avons déjà contacté le village d'Agban bingerville et nous espérons les convaincre de nous accorder un espace pour notre projet.

Le deuxième problème est celui du financement mais à ce niveau, c'est le point de vue qui doit être modifié. En effet, la Côte d'Ivoire est aujourd'hui en quête de son autosuffisance alimentaire et la réduction des importations profitera directement à des projets comme le nôtre qui pourront couvrir la demande croissante du marché. Les véritables risques dans notre secteur sont le suivi, qui est pratiquement maîtrisable, et la question du foncier qui peut être contournée grâce à des accords avec les populations. Je lance donc un appel à tous les investisseurs et les assciations de microfinance pour qu'ils nous aident et qu'ils accompagnent notre projet. Il est primordial de doter la Côte d'Ivoire de professionnels qui pourront assurer une offre de qualité pour la population.

Ecologique et Economique: Avez vous un message à lancer et quels conseils pouvez vous donner aux jeunes qui souhaitent se lancer?

Guy-Boris Donald Niamien: Je voudrais tout d'abord vous remercier pour votre initiative: cela nous encourage de savoir que nous sommes suivis. Ensuite, je veux dire à toutes les personnes qui hésitent encore, parce qu’elles ont été découragées ou grugées , qu'il existe des jeunes gens sérieux et ambitieux qui ont une grande vision du futur et qui veulent aider l'Etat à développer le pays. Il est évident que l'ETAT ne peut pas tout faire seul et que c'est à nous de prendre des initiatives. J'appelle donc ces personnes à se joindre à nous pour investir.

En ce qui concerne l'agriculture, je souhaite dire aux jeunes qu'il s'agit d'un secteur porteur et rentable où toutes les compétences sont nécessaires. L'image de la brousse n'est plus d'actualité: l'agriculture offre désormais des emplois dans la planification ou encore dans la stratégie... et ce n'est pas le travail qui manque. Il faut donc voir ce secteur comme une chance et un espoir car il est possible d'y réussir à condition de s'armer de courage, de patience et de beaucoup d'honnêteté.

Ecologique et Economique: Je vous remercie pour cet entretien

Guy-Boris Donald Niamien: C'est à moi de vous remercier.

·

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article